J’ai testé la PS4 dans un appart’ de ouf

2

Invité par Sportlab à l’ #Appartement4, un grand appart concept situé entre Saint-Paul et Bastille, j’ai pu tester en avant-première la nouvelle PlayStation 4 autour du concept Le Sport est un Jeu. Moi, le pire gamer du monde, face à une PS4 pas encore sortie.

Déjà, ceux qui me connaissent savent que je suis un très mauvais gamer. Donc m’inviter à un de ces trucs, ça revient à inviter un prêtre à faire du breakdance. Au final, j’ai pas trop pu discuter avec les gens présents mais j’en ai bien profité pour tester la console.

Avant de vous parler de la console, je voudrais vous parler du lieu. Coincé dans au fin fond d’une impasse entre Bastille et Saint Paul, cela ressemblait fortement à un ancien atelier de couture. Mais refait à neuf avec un style art déco-industriel à l’ancienne, tout le monde rêve d’avoir un appartement comme ça. Aussi grand, en duplex, avec plein de pièces, une mezzanine de dingue et deux magnifiques escaliers. Bon après faut avoir de sacrés moyens pour avoir ça donc faut arrêter de rêver un peu. Aujourd’hui ça fait plutôt showroom aménageable en fonction des événements. En voici quelques photos.
DSCN0153.jpgDSCN0167.jpg
DSCN0152.jpgAprès il faut bien évidemment vous parler de la console. Son design a donc entièrement été revu et modernisé pour se présenter dans une forme hybride de losange-trapèze bien plus moderne que les versions précédentes. Quoiqu’un peu terne au final. La manette change un peu. Ne vous inquiétez pas, la disposition des boutons reste la même mais en plus, mais ce nouveau joy pad intègre désormais un capteur de mouvements et un pad tactile qui sert aussi de bouton.

DSCN0148.jpgPremière approche avec #Driveclub, un jeu de sport auto en démo qui ressemble graphiquement à Grand Turismo. Cette démo ne nous permet pas de tester le jeu dans son entièreté mais permet de pouvoir effectuer les premiers mouvements avec le capteur. Bon, si la prise en main est rapide, il faut surtout remercier Nintendo et la Wii qui nous ont déjà bien habitué à ces mouvements. La prise en main en est d’autant plus difficile pour moi que le capteur est assez précis. Bon après quelques voyages dans le décor avec la Maserati, je décide de laisser tomber, au risque de leur devoir de l’argent tellement j’ai rayé les peintures contre les murs et autres objets renversés sur les routes canadiennes.

DSCN0158.jpgEnsuite, j’ai Knack en main, un jeu de plate-forme, en deux versions. Avant que vous ne le disiez, je vous devance : non, il ne s’agit pas de balancer des Knacki Herta sur des gens. C’est un jeu de plate-forme entre Ray-man et Zelda. Un petit bonhomme à moitié virtuel à moitié cailloux, bois, émeraudes, un peu tout ce qui lui tombe sous la main en fait. Et qui peut donc grandir et s’endurcir en combinant et en récupérant des morceaux au fur et à mesure du jeu et qui doit combattre des gobelins. Si l’approche peut paraître un peu enfantine dit comme ça. Je pense franchement que la version définitive aura de quoi séduire car j’ai adoré cette version démo.

DSCN0164.jpgDeuxième acte ensuite avec le test en immersion totale. On m’a mis un grosse paire de lunettes virtuelles sur le crane, réglé les lentilles à peu près à ma vue, collé un casque sur les oreilles, une manette en main et me voilà totalement indépendant pour jouer. Plus besoin d’écran géant et de home cinéma dans le salon. C’est votre copine qui va être contente, vous pouvez partager la TV puisque vous n’en avez plus besoin. Et pour vous dire à quelle point l’immersion est totale, au bout de quelques minutes seulement, j’en arrivais carrément à devenir le héros. Oui, au lieu de demander au personnage de tourner pour voir sur les cotés, j’ai naturellement tourné la tête… Evidemment ça n’a pas marché, mais imaginez un s’il y avait des capteur dans les lunettes (j’ai oublié de demander, si ça se trouve c’est prévu), ça voudrait dire qu’en FPS, vous seriez capable d’oublier certains boutons pour faciliter votre évolution dans le jeu : regards sur les côtés, visées à l’œil et plus au joystick (ce qui m’arrangerai bien tellement je vise mal)… Je suis conquis.

Petit passage par le jeu le plus « occupé » car le plus friendly : FIFA 14. Bon ben comme je suis une quiche et que je n‘y jouerai certainement pas, j’ai regardé un peu quand même. Les graphismes sont encore poussés un cran au-dessus de ce qui se faisait déjà. De loin, on va bientôt avoir l’impression de voir de vraies images. Mais à part ça, ce sera sans moi. Oh tient qu’est-ce que c’est à coté ? Octodad ? Connais pas… Et bien grosse marrade mais vite chiant ! L’idée de ce jeu : vous êtes un poulpe, ou une pieuvre, enfin un animal de cette famille. C’est le jour de votre mariage et vous devez vous préparer. Jusque-là, vous me direz, c’est naze. Un peu oui. Mais ça devient une autre affaire quand vous gérer toutes vos tentacules indépendamment les unes des autres. Donc vous marchez comme un mec bourré, et vous reverser la moitié de la salle de mariage tout prête à accueillir les invités. Si j’ai bien rigolé 5 minutes, la difficulté de la jouabilité m’a quand fait partir assez rapidement. Par contre, encore une fois, graphiquement, y a rien à dire. C’est fluide, sans accros, d’une netteté rarement égalée.

DSCN0159.jpgLe meilleur jeu pour la fin, Assassin’s Creed. Le dernier volet sortira à peu près au même moment que la PS4 mais pfiouuuuuu quel graphisme, quelle jouabilité. Bon je suis nul et je pige rien aux boutons mais je kiffe. Dans cette version de démo fournie par Ubisoft, vous êtes le descendant de je ne sais plus qui et vous devez attaquer un fort sur une ile avec votre bateau et vos hommes. Mais là où c’est fort (#VannePourrie), c’est que le bateau intervient comme un personnage que vous devez contrôler. Les développeurs de la firme française sont des génies. Le représentant de Sony présent m‘a aussi affirmé que le jeu devrait avoir une jouabilité un peu à la GTA avec un carte immense et un mode libre. Donc en gros si vous préférez aller faire votre marché et picoler des pintes à la taverne avec les Jack Sparrow du coin, ça devrait être possible.

Terminons avec l’application inutile mais bien créée. La Playroom. Vous allez dans vos menus avoir un genre de petit copain virtuel qui ressemble à la petite amie de Wall-E et que vous pouvez contrôler en réalité augmentée. Donc vous vous voyez à l’écran et vous pouvez frapper, pousser, faire rebondir votre ami virtuel. Vous pouvez aussi vous en faire toute un collection que vous pouvez « enfermer » dans votre manette, les faire sortir, les voir à l’intérieur, leur faire bouger le derche en inclinant la manette, leur faire peur en coupant la lumière… Bref plein de truc bien pensés, bien drôles, mais bien inutiles.

Et le thème de base Le Sport est un jeu me direz-vous ! Beeeennn j’ai pas trop eu le temps de m‘en occuper en fait. Car y avait pas foule non plus au moment où j’étais là (un jeudi matin à 10h), faut être honnête. Ou alors les gens étaient en train d’en parler quelque part sans moi. De toute façon, j’étais en pleine partie de Knack.