Le Daily Wagon et son mariage raté

6

Cette semaine, dans le Burger Tour de Paris, je vous parle de l’essai du Daily Wagon. Un food truck qui s’était installé en bas de mon bureau avec le test de leur burger aux oignons rouges et aux cranberries…

food-burger-daily-wagon-1-14-04-2014.jpgDonc, ces Daily Wagons s’étaient installés tous les jours en bas de mon bureau dans le 15e avec un système de rotation : un food truck et un menu différent chaque jour. Un spécial Burger, un Fish & Chips à l’anglaise et un Burrito mexicain. Ceux qui me connaissent savent que j’aurai aussi sauté sur le mexicain mais manque de bol, j’ai même pas eu le temps de le tester car après une présence d’environ 1 mois, ces camions semblent désormais évoluer dans un autre quartier puisque je ne les vois plus le midi. Et je vous avoue que l’envie de tester n’était pas vraiment là non plus.

Bref je n’ai testé que le Burger par un pur concours de circonstances et je crois qu’en fait, c’était déjà bien assez. Je ne vais pas vous le cacher plus longtemps, j’en garde un souvenir assez négatif. J’avais choisi le burger aux oignons rouges et aux cranberries (en français ou en québécois surtout, on dit canneberges) et j’ai oublié son nom, c’est dire.

Pour rentrer dans le vif du sujet, si le burger présente bien, l’idée des cranberries dedans, c’est moyen. Moyen parce que si l’association gustative avec le steak n’est pas une mauvaise idée en soit pour le côté sucré-salé, les cranberries, ça vous fout quand même un sacré bordel dans un burger, surtout si elles sont en dessous du steak. Mêmes écrasées, elles n’accrochent à rien et du coup le steak fout le camp en quasi permanence. Prise en main : zéro.

food-burger-daily-wagon-2-14-04-2014.jpgLe steak est, encore une fois, pas assez cuit à mon gout ça commence à la foutre un peu mal. Est-ce qu’un jour, un cuistot comprendra que bien cuit, c’est quand la viande est cuite aussi complètement à l’intérieur ? Si on ajoute le fait que les oignons rouges sont mi-cuits, et qu’ils participent eux aussi grandement à la mauvaise tenue du burger dans son ensemble, on se dirige vraiment vers la cata totale. Les oignons rouges pour moi, c’est crus, point. Bien cuit en compotée à la limite. Mais mi-cuits c’est non. Les frites qui accompagnent ce burger ayant été à mon gout très croustillantes mais beaucoup, beaucoup trop salées, je pense qu’il est inutile de s’étendre plus longtemps. Le Daily Wagon, plus jamais.